12 mai 2012

François le Français

Il aurait été bien injuste, après s'être acharné sur l'affiche de campagne du perdant, de ne pas s'attarder aussi sur la communication visuelle du gagnant. Encore qu'il n'y ait pas tellement grand chose à en dire, si ce n'est que le candidat n'y arbore pas non plus une belle tête de vainqueur, mais plutôt celle d'un premier communiant bien sage qu'on imaginerait plus volontiers en aube défilant à la sortie de la cathédrale de Tulle agrippé à son cierge un dimanche de Pâques. En creusant un peu on peut déceler une étrange ressemblance, sourire énigmatique compris, pas totalement déplacée, soulevée par l'excellente Cuisine du graphiste. Ce qu'il ne faut pas faire pour avoir l'air d'un type normal...

 


Les choix typographiques de l'équipe Hollande sont plus intéressants. La police de caractères qui a accompagné toute la campagne est inspirée de la fameuse Gotham qui avait été révélée au public par la campagne Obama 2008. Efficacité, sobriété, sérieux, pas grand chose à lui reprocher, mais on peut souligner comment les deux premières lettres du prénom ont été mises en exergue par deux traits, comme le suffixe Icann .fr, façon à peine subtile de souligner l'essence intrinsèquement française et la dimension nationale du candidat.
Plus étonnant, le slogan retenu, qui n'est pas d'une franche originalité, Le changement c'est maintenant (ça fait irrésistiblement penser au désopilant L'avenir est pour demain du film La gueule de l'autre de Pierre Tchernia) semble lui aussi un peu pompé chez Obama. On nous aura au moins épargné les champs de blé. Ça tombe bien, on risque justement d'en avoir de moins en moins, du blé.

4 commentaires:

Li-An a dit…

Vu un très bon docu sur le parcours/bio de Hollande sur France 2 et nous pouvons rappeler ici qu'il n'est absolument pas de la région de Tulle mais qu'il s'y est parachuté pour se présenter contre Chirac qu'il a tout doucement bouffé localement. Il raconte une anecdote assez rigolote où il débarque dans un meeting de Chirac pour voir comment ça se passe et qu'il tente de le déstabiliser.

Anonyme a dit…

Yo Hobo !
C'est bien beau de s'occuper
de l'histoire de la communication politique mais il ne reste qu'une semaine pour aller voir l'exposition
de Art Spiegelman à Beaubourg !
Tchaw et bises à toute la rédaction !
Manu.

Les produits laitiers a dit…

...

Le merle siffleur a dit…

J'entends siffler le nain

J'ai pensé qu'il valait mieux
Nous quitter sans un adieu.
Je n'aurais pas eu le coeur de te revoir...
Mais j'entends siffler le nain, {2x}
Que c'est triste un nain qui siffle dans le soir...

Je pouvais t'imaginer, tout seul, abandonné
Sur le quai, dans la cohue des "au revoir".
Et j'entends siffler le nain, {2x}
Que c'est triste un nain qui siffle dans le soir...

J'ai failli courir vers toi, j'ai failli crier vers toi.
C'est à peine si j'ai pu me retenir !
Que c'est loin où tu t'en vas, {2x}
Auras-tu jamais le temps de revenir ?

J'ai pensé qu'il valait mieux
Nous quitter sans un adieu,
Mais je sens que maintenant tout est fini !
Et j'entends siffler ce nain, {2x}
J'entendrai siffler ce nain toute ma vie...