22 décembre 2008

Waterworld

Combien de marins, combien de capitaines, combien de cols bleus décolorés vont encore nous casser les oursins avec leur pauvres aventures au bout du monde ? Ah, il avait l'air malin, le Yann (ou l'Yann ?) Eliès, avec son fémur en miettes, dans les cinquantièmes hurlants, à pleurer sa mère et appeler la marine australienne à son secours, que ça les sort un peu, pour une fois qu'ils font un peu autre chose que d'offrir des baptêmes de mer à des loups de Tasmanie.

A chaque hiver, on morigène abondamment tous les skieurs et alpinistes décérébrés qui vont se mettre en danger tout seuls sans que personne leur ait rien demandé, et qui mobilisent à grands frais des pleines cordées de sauveteurs, et des hélicos, et des équipes médicales d'urgence, pour venir les tirer du mauvais pas quand ce n'est pas une crevasse où ils sont allés se fourrer par sottise. Mais pour les navigateurs, alors là, c'est un concert de dithyrambes, un hymne enflammé au courage, qui rententit unanimement dans les médias et chez tous les plaisanciers du Bois de Vincennes. Je fais n'importe quoi, je vais où je veux, en solitaire au milieu d'un désert maritime avec une boîte d'Urgo pour toute assurance, je m'en tape, et en cas de pépin on viendra bien me chercher de toute façon, et gratos, encore ! La croisière s'amuse. Regarde, maman : sans les mains !


Mais Yann Eliès, il aurait obtenu le même résultat en imitant sa grand-mère qui s'est cassé le col du fémur en restant chez elle à regarder Thalassa qu'elle voulait juste aller dans la cuisine s'ouvrir une boîte de Friskies pour se faire Georges Pernoud en ronronnant. Pas besoin de rameuter le ban et l'arrière-ban de la marine australienne, il suffit d'appeler le 15 avec son téléphone à grosses touches.

J'en déduis qu'il doit bien y avoir des moyens plus simples, moins onéreux, et moins tapageurs de se suicider. Comme du Friskies périmé. Et là tu peux toujours l'attendre, la marine australienne.

9 commentaires:

doudou a dit…

Belle indignation ! Mais note au moins que yann et ses copain n'ont écrasé aucun petit mauritanien sur leur passage, eux au moins.

Et puis es-tu certain que la marine australienne (à qui ça procure un peu d'activité) ne facture pas son déplacement à l'organisation de la course ? J'avais cru comprendre lors du dernier passage qu'ils étaient un peu las de voguer au secours des navigateurs solitaires.

Fils de Craô a dit…

Ils devraient passer par le Golfe d'Aden, ça serait plus fun.
En tous cas, la fracture risque d'être salée.

vivie69 a dit…

tu es mon nouveau Desproges , Hobopok .
longue vie à Hobopok.

Hobopok a dit…

J'ai entendu parler de 500 000 dollars (j'espère pas des $ zimbabwéens) que les Aussies avaient dans l'os. Solidarité des gens de mer oblige. C'est ça qu'est beau.

badjack a dit…

Sur ce coup-là (et uniquement sur ce coup-là...), je serais enclin à suivre plus Doudou qu'Hobopok en ce qui concerne l'identité de ceussent qui ont 500 000 $ dans l'oignon. En effet, Hobopok ne peut se targuer d'avoir approché la marine australienne d'aussi près que Doudou, du temps pas si lointain et béni par lui ou il chassait le requin en battant pavillon néocalédonien. Si la marine australienne était du genre à avoir 500 000 $ dans le fion, il l'aurait flairé, le Doudou, et il se serait autorisé un petit TR des familles qui, pour une fois, l'aurait rendu riche.

doudou a dit…

et quand bien même c'est pour la pomme des australiens, leur frégate est mieux là qu'à torpiller les immigrés clandestins indonésiens. Et puis ils sont tout contents de se rendre utiles et de le faire savoir, ces fils de batards

Li-An a dit…

Je suis comme toi, je ne supporte plus ces bateaux au nom ridicule qui coûtent des fortunes susciter des commentaires noyés dans les sanglots de l'émotion. Que ces gens veuillent faire du bateau, c'est très bien mais que l'on soit invité à pleurer leurs malheurs volontaires, je trouve ça déplacé. Une mère célibataire femme de ménage et de couleur me semble montrer plus de courage dans l'adversité que ces foutus marins ultra médiatisés qui ont choisi leur sort (en fait, avec les directs pas possibles, ça tourne carrément à la télé réalité sordide). En plus, c'est un sport de bourgeois...

badjack a dit…

Une fois de plus, Hobopok, notre maître blogger à tous, avait raison. Il semblerait bien, et je tiens l'info du directeur de la course himself, que les aussies aient bel et bien 500 000 € (oui, €, pas $, qu'il a dit...) dans le coccyx. Il n'a malheureusement rien dit à propos de la mère célibataire femme de ménage de couleur disparue...

vivie69 a dit…

Bon , on est tous d'accord en fait.