7 décembre 2008

Désespérante femme au foyer

The Duchess de Saul Dibb.

Love me, love me not. Dans l’Angleterre du XVIIIème siècle, heurs et malheurs sentimentaux d’une sémillante pauvre duchesse, contrainte, étouffée, et bafouée par son rustre et duc de mari, et qui se console avec le premier bellâtre venu.

Malgré la reconstitution minutieuse de cette fin de siècle georgienne, la mise en scène s’abîme surtout dans un exubérant classicisme confinant à l’académisme qui ne distille, dans un luxe de détails dorés à l’or fin, que de l’ennui, de l’ennui, de l’ennui. Car le propos est bien mince : eh oui, toute duchesse qu’elle puisse être, la femme était considérée comme une bouse par la société de l’époque. Ah, mais que de chemin parcouru depuis, semble-t-on nous suggérer avec l’indignation que permet notre contemporaine modernité !

Restent les interprètes qui s’efforcent de donner corps à cet anachronique enfonçage de portails de gentilhommmières ouverts : Ralph Fiennes en duc odieux et coincé ne fait rien mieux que le râclement de gorge embarrassé. Quant à Keira Knightley, j’en parle même pas, ou alors seulement pour avouer que c’est à cause d’elle que je suis allé voir ce film, car secrètement amoureux d’elle, et c’est pas les sompteueuses toilettes de taffetas qu’elle arbore ici qui me feront changer d’avis. Même au plus fort de ses crises de larmes, l’Oscar® du maquillage n’aurait pas suffi à l’enlaidir.

Film donc pour filles et vieux pervers. La concomitance des deux dans les salles arrangera bien les seconds.

Crash-test :

6 commentaires:

totoche a dit…

Tu exagères, il y a des bouses très correctes.

Li-An a dit…

Oui, les bouses de vache.

Genvrin a dit…

Et hop, trois étoiles ! A quand une note collant à la critique ?

Hobopok a dit…

C'est pas forcément parce que j'en dis du mal que le film est totalement à chier, ou que je ne peux pas me rendre compte qu'il peut complaire à des spectateurs moins exigeants. En tout cas, avec trois étoiles, le film n'est pas entièrement dénué de qualité.

Mais j'en profite ici pour préciser ma pensée sur mon échelle de crash-tests :

***** = rien à ajouter, rien à enlever
**** = fort bon film, à quelques détails chiffonants près
*** = se regarde encore malgré quelques ratages, prétentions, ou conventions
** = pas bon, malgré certains bons points
* = mauvais, mais quel dommage...
0 = rien à garder, verrue cinématographique

vivie a dit…

oui , que de chemin parcouru.. comment ça " film pour les filles" , jeune homme ? A te lire , c'est film pour nunuche .
Attention au glissement , là!
Comme vous y allez, cher ami . c'est bien dommage ce que vous me dites là . j'y serai bien aller voir ce film académique ..
Maintenant , mon rêve de fille est brisé..snif..

vivie 69 a dit…

voilà une mise au point du code bien utile.