6 janvier 2009

Chic planète

Le jour où la Terre s'arrêta de Scott Derrickson.

Rimec inutile. Un extra-terrestre qui a eu le bon goût de prendre forme humaine déboule sur notre planète, nous explique que ce n'est pas la nôtre, et décide que, eh, oh, puisqu'on veut pas le laisser aller causer à l'ONU devant l'assemblée des chefs d'Etat, il va éliminer la race humaine qui n'aura donc que ce qu'elle mérite, vu qu'elle sait pas sauver la Terre elle-même et qu'elle a mauvais fond au fond. Dieu soit loué, l'amour d'un enfant va le faire changer d'avis.

A la menace nucléaire qui terrorisait le monde de l'après-guerre, ce film a substitué l'angoisse environnementale qui l'a peu ou prou remplacée dans notre monde contemporain (alors que je le rappelle les missiles sont toujours là, prêts à décoller...). Ce n'est pas si mal vu. Mais toutes les invraisemblances du sujet, qui passaient pour des paraboles visionnaires dans le film de Robert Wise en 1951, deviennent autant de lourdeurs vaguement écolo new age, sans compter que Derrickson (mais d'où sort-il celui-là ?) rajoute encore d'autres invraisemblances plus invraisemblables encore, avec notamment une séquence prégénérique sans aucun intérêt. Et là où les effets spéciaux et le design des années 50 créaient une image poétique, ne reste que le sempiternel et indigeste gloubiboulga numérique, marque de fabrique d'Hollywood.

Avec ça le môme de l'histoire, interprété par celui de Will Smith dans la vraie vie, est tellement insupportable qu'on a envie de le baffer du début à la fin du film, et qu'on se demande bien ce qui a pu attendrir l'extra-terrestre. Notez que John Cleese s'est commis dans ce film : c'est le jour où Monty Python s'arrêta...

Crash-test :

[NCAP+2.jpg]

4 commentaires:

Jean-no a dit…

John Cleese n'a pas un plan de carrière très sérieux à mon avis. Depuis quelques années on le voit surtout dans des nanards à gros budget (pas de noms).
Je dois dire que je n'adore pas l'original de Robert Wise, il y a des choses bien dedans mais quel ennui à côté de "Body Snatchers" par exemple. Du coup j'étais un peu étonné qu'on ait l'idée du remec.

Hobopok a dit…

En plus l'ordinateur Gort qui avait un rôle tout de même assez central, est réduit au rang de simple potiche.

vivie69 a dit…

Et bien , c'est toujours pas ça qui va nous tirer de l'ennui.

Hobopok a dit…

Pas l'ordinateur, le robot, bien sûr. Ah non mais quelle andouille.