3 janvier 2009

En voiture Ramón !

Des années durant, le Dakar est resté inflexible face à ses opposants qui osaient demander un peu de décence à tous ces jet-setteurs motorisés roulant des mécaniques hors de prix sous le nez et par fois sur les pieds des indigènes, s'achetant des indulgences en lançant aux indigents quelques pompes solaires depuis la plate-forme arrière de la voiture-balai. Et miracle, l'an dernier, le Dakar a courageusement plié bagage au premier coup de chevrotine tiré par des bandits de grand chemin se rêvant islamistes, hâtivement auto-labellisés Al Qaida pour se donner une contenance, et qui n'en espéraient pas tant. Peut-être sous la barbe drue du bédouin se cachait-il en fait un des ces opposants aigris qui en veulent au principal sponsor, l'ami de la Terre Total. Quoi qu'il en soit, l'organisateur, Amaury Sport Organisation, la main sur le cœur, mit en avant son souci absolu de sécurité, ce qui ne manquait pas de mil pour une épreuve qui affiche tout de même cinquante morts au compteur. ASO annula l'édition 2008, et décampa pour la pampa.

Ce n'est donc pas pour de bonnes raisons, mais au contraire les pires imaginables, que le Dakar 2009 qui s'élançait aujourd'hui, a délaissé le continent africain, dont vous l'aurez sans doute remarqué il tire malgré tout son nom, pour l'Amérique du Sud. A cette aune là, je propose d'ailleurs de rebaptiser le rallye des Pharaons rallye des Incas, et de faire disputer le rallye de Corse à Rodrigues (qui, au moins, a du cœur...).


Mais le ridicule, lui, ne tue pas, et le "Dakar", donc, semblant revisiter le tracé de l'Aéropostale, décrira une surréaliste boucle de Buenos Aires à Buenos Aires en passant par le Chili. L'occasion de vérifier si l'homme de la pampa, parfois rude, reste toujours courtois au passage des pétaradants chauffards, et si ceux-ci dont la courtoisie n'a pas laissé un souvenir impérissable au Sahel s'accommoderont du code de la route sud-américain avec la même grâce qu'ils écrabouillèrent les petits Mauritaniens.

En tout cas on peut d'ores et déjà gager qu'aucun petit Mauritanien ne sera écrabouillé cette année. C'est déjà ça. A moins bien sûr que, dépité d'être injustement privé de son rallye préféré, un petit Mauritanien ne passe ses vacances dans la pampa. Mais làààà... il l'aura vraiment cherché.

9 commentaires:

Li-An a dit…

Je le sentais venir celui-là...
D'où provient cette illustration hergéenne qui ne me dit rien ?
J'ai dû voir 15 secondes de reportage sur la course en question et plus de dunes qui font rêver...
C'est les syndicats du tourisme marocain et tunisien qui font faire la gueule...

Hobopok a dit…

Enfin voyons, "L'affaire Tournesol" !

Jean-no a dit…

Je n'avais pas allumé le poste depuis quelques jours et voici que celui-ci m'explique que le Dakar est en Argentine. Un quart d'heure plus tard, je trouve ici-même l'explication de cette incongruité géographique (déjà, Pékin express à Rio de Janeiro j'avais trouvé ça curieux), merci Hobopok !
C'est là que je me rends compte que je ne m'intéresse pas trop au Dakar quand même.

Hobopok a dit…

Et en plus, le Bar des Sports paie sa tournée !

Provisus a dit…

Hmm, si monsieur Choc s'en mêle ça va barder… http://www.bedetheque.com/Couvertures/tifettondu07.jpg

Hobopok a dit…

Bien vu Provisus (comme d'hab) !

vivie69 a dit…

on est globalement d'accord ; sujet cependant plutôt attendu , et relativement évident à tout esprit critique.

badjack a dit…

Malheureusement, le motard français égaré sur le Dakar sud-américain n'a pas, lui, vu venir de vedette australienne pour lui porter secours (même pour 500 000 € !), et l'on a enfin pu entendre parler de cette magnifique course à la télévision grâce à son sacrifice. Il ne manque plus qu'un petit chilien écrasé et la greffe aura pris de l'autre côté de l'Atlantique. Vive le sport! Vive le Dakar! Vive Gérard Holtz! Vive le sévice public!

Hobopok a dit…

Tiens, j'ai oublié de souhaiter un bon anniversaire à un fonctionnaire...