14 août 2008

Because the Knight

The Dark Knight de Christopher Nolan.

Film de cape et d'épais. Bruce Wayne aka Batman n'en peut plus de se faire pourrir la vie par ces crétins de citoyens de Gotham, et refilerait bien le boulot au fringant tout nouveau procureur incorruptible qui lui a piqué sa gonzesse. Mais à force de vilaines vilénies le Joker va finir par retourner l'incorruptible procureur qui a piqué la gonzesse de Batman, et lui arranger la face à sa manière. Batman doit retourner au charbon. Réflexions à deux balles sur les limites du bien et du mal, modèles de mobylettes inédits, sauts de l'ange, récupération in-extrémis de gonzesse défenestrée, pliages de voitures, mythologie de pacotille. Pour super amateurs du genre super héros.

Et je n'en suis pas. Je suis allé voir ça en espérant être surpris. Agréablement de préférence. C'est raté. Les super héros m'emmerdent un peu déjà sur papier, il s'avère que ça ne s'arrange guère sur pellicule. Le scénario est trop touffu, même pour les deux heures et demie de film. On dirait un peu ma femme essayant de faire tenir le contenu de son armoire dans une petite valise pour partir en voyage. On sait plus si le film est l'histoire de Bruce Wayne/Batman ou du policier Gordon, ou du procureur Harvey Dent ou du méchant Joker. Difficile de distinguer une morale, et pour une fois je ne suis pas sûr que ce soit une qualité. Côté réalisation, les scènes d'action sont réglementairement spectaculaires, mais on pourrait les transposer telles quelles dans n'importe quel film de Vin Diesel ou un James Bond, et les scènes à prétention psychologique sont trop archétypiques pour emporter l'adhésion.

Sauvons l'interprétation avec Christian Bale en Batman glacial et sophistiqué. Gary Oldman en policier matois. Et le malheureux Heath Ledger dont l'étonnnante composition du Joker sera la dernière apparition à l'écran. L'ami des moutons est mort cette année d'une overdose de médicaments ressemblant comme deux gouttes de bourbon à un suicide. Et on sait désormais pourquoi Michael Caine n'était pas dans Braquage à l'anglaise : il était trop occupé à faire ici le valet de pied de Bruce tout-puissant (et d'ailleurs j'oubliais presque Morgan Freeman).

Crash-test :

11 commentaires:

vivie69 a dit…

3 étoiles tout de même pour un film de cape et d'épais"; ( jeu de mot excellent , comme d'hab..)
vous êtes bien généreux avec les héros majesté . mon opinion est que ton article est beaucoup plus rigolo que l'ultime film sur Batman.. j'y retrouve tout ce que je déteste au cinéma.
par contre , je me pose une question sérieuse à orientation psychanalytique ,( visite à Vienne en pays freudien oblige):
que viens faire la valise de ta femme dans cette galère?

Hobopok a dit…

3 étoile parce que ça reste du divertissement à peu près efficace. A l'américaine.

vivie69 a dit…

c'est bien ce que je pensais.

encore du handburger congelé réchauffé , alors qu'on pourrait se déguster un bon bœuf au Gingembre.

no merci , je préfère m'en passer.

Totoche Tannenen a dit…

La vengeance de Vivie 69 est terrible : la voilà qui se met à faire des calembours "à la Totoche" ... J'aurais pas dû déconner :-)

Glorb a dit…

Moi je l'ai trouvé plutot pas mal ce dernier batman. Je regrette juste toujours un peu la gotham gothique de burton mais ça bon forcément. Heath ledger tout ça non ? Bon bien sur après c'est pas autre chose que ce que c'est censé être hein, un film de super héros. Mais tout de même. A coté de superman 3 (beurk) ou des 4 fantastiques (argl), ça claque.

vivie92 a dit…

3 étoile pour l'article, parce que je me suis bien marrée sans avoir déboursé un tikosh...
Je crois que cette fois t'est fin prêt pour "Télé deux semaines" !

Hobopok a dit…

>Glorb : c'est sûr c'est affaire de goût, mais ça a un petit côté adolescant boutonneux qui devrait bien plaire à genre Luc besson.

Glorb a dit…

ahaha, luc besson !

Hobopok a dit…

Hein ! Ça tue, ça, hein ? Luc Besson ! Luc Besson ! Lus Besson !

Glorb a dit…

ahahaha

ahahaha

ahahaha

arrête ça fait mal au ventre !

Hobopok a dit…

Rhaaaah ! Pfouuuh ! On devrait pas, on se fait du mal.