7 juin 2008

100% bio

The autobiography of me two free de Guillaume Bouzard.

Quel dommage que Bouzard cause anglais comme une chèvre niortaise, car il a sous-titré son livre like a bird, là où chacun connaît l'expression (et accessoirement la chanson débile des Beatles morts) free as a bird. Que quelqu'un lui offre un abonnement à Vocable, et que ça saute !

Et pour pas rattraper ça, le texte de l'album est rempli de fautes de français aussi grossières qu'inexcusables, genre un article au singulier avec un "s", fautes d'accord, de conjugaison, en veux-tu en voilà. Le pompon étant remporté par la quatrième de couve (bon, on veut bien croire que Bouzard n'y est pour rien) qui affiche fièrement le prix : 16 euro. Eh bien chers amis Requins marteaux (les éditeurs) sachez que quand les euros sont aussi nombreux que seize à la fois, on peut croire qu'ils sont plusieurs, autant dire au pluriel, ça prend un "s". Bon sang de bois, vous aviez quand même pas merdé sur les deux premiers tomes, qu'est-ce qui vous a pris ? Vous ne guignez donc plus le grand prix de l'Académie française ?

Bon j'en fais des tonnes, c'est vrai, mais ça me soûle un peu toute cette bande dessinée contemporaine qui croit pouvoir s'affranchir d'un minimum de rigueur linguistique. Parce qu'en attendant, les fautes de français chez Hergé, on les cherche encore. Mais les petits savetiers comme ça avec l'amour du travail bien fait, y en a même plus chez Jean-Pierre Pernaut.

Ne seraient-ce ces légères imperfections, Bouzard serait pourtant le meilleur dessinateur de BD du monde.


Je veux dire par là que l'album est quand même sacrément fendard : autant si ce n'est plus encore que les deux tomes précédents. Il faut comprendre qu'en fait d'autobiographie, Bouzard se moque gentiment du genre comme de lui même en romançant assez largement sa vie dans le sud Deux-Sèvres. Ses dialogues avec son chien Flopi, peste en baskets qui dort dans la brouette, occupent près de la moitié de l'album, et c'est pas volé tant c'est irrésistible. Heureusement que j'ai pas lu le livre dans le RER du retour car j'aurais pleuré de rire sur tout le compartiment.


Bref, les délires bucoliques d'un dessinateur de BD qui a choisi la rude vie des champs. Un peu comme Larcenet. Mais très drôle.

17 commentaires:

Provisus a dit…

Bouzard, c'est du solide…

Stéphane Bertaud a dit…

Bien dit Hobopok! A bas les fautes d'orthographe! Au fait...Quaund tu écris que "ça te soûle..." On devrait écrire plutôt que "ça te saoule..." mais bon... :)

Li-An a dit…

En fait, c'est à l'éditeur que revient tout le tort: en règle générale il paye quelqu'un pour vérifier tout ça (à l'ancienne, on corrigeait soi même les fautes, à la moderne, ils font du copiécollé à l'ordi).
Mais voilà une nouvelle qui est grandiose. Une bonne raison pour claquer du fric. Et Bouzard c'est un peu du Larcenet. En drôle.

Hobopok a dit…

Après réflexion, c'est une peu ce que je me disais, les Requins marteaux, petite boîte albigeoise, n'ont sûrement pas les moyens de se payer une relecture professionnelle.M'enfin on se démerde. Personne n'a une beele-sœur agrégée de lettres ?

Soûler, saouler, qu'importe le flacon...

vivie69 a dit…

Si il faut un brevet d'orthographe et de frappe cohérente pour laisser une petite bafouille, ça va être dure.

vu que je suis la grande spécialiste de la faute en tous genres, faute je ne découvre toujours qu'une fois irrécupérable.

il est vrai que lorsqu'un livre est publié , c'est pus gênant ...
Encore un contre coup fatal des nombreuses reformes de l'éducation nationale où l'orthographe est passée très loin derrière le " référentiel bondissant", la " situation de communication" et le "savoir être".

Par ailleurs, l'album proposé donne nevie de le lire.

il est dommage que je sois passée chez decitre ce matin , en oubliant la liste des ouvrages que tu proposes.

la prochaine fois , je m'organiserai mieux.

Au départ , je ne suis pas du tout férue de BD , mais voir tes propositions me donnent le plus ne plus le goût de m'y mettre.

Anonyme a dit…

Et "qu'IL sont plusieurs", c'est une fine allusion, ou faut-il s'en prendre au rédacteur ?

badou a dit…

pas du tout "anonyme", le précédent commentaire. Juste un click trop rapide...
Et pour défendre le chroniqueur,"soûler" est aussi exact que "saouler".

Hobopok a dit…

Hop ! Problème réglé.

En même temps,ddes fautes sur un blog, ça se corroge en un tour de main.. Si Bouuzard veut venir chez moi mettre du typex dans mon exemplaire, il est le bienvenu.

Stéphane Bertaud a dit…

Ah bon ben si c'est exact alors... au temps pour moi...

Hobopok a dit…

Au temps, autant... qu'importe le sablier...

Stéphane Bertaud a dit…

oui oui on écrit bien au temps...et non pas autant...

Hobopok a dit…

"On" qui ?

On écrit comme on veut, car l'origine de l'expression, un peu obscure, est très disputée.

Stéphane Bertaud a dit…

"On"....je sais pas moi...l'Académie Française je crois... héhéhé

Hobopok a dit…

Ben non justement, l'Académie frannçaise n'a pas tranché.

Stéphane Bertaud a dit…

Ahlala mais quelle mauvaise foi! :))

http://www.academie-francaise.fr/langue/questions.html#au_temps

Glorb a dit…

Bouzard tue !

Hobopok a dit…

C'est ce que je disais. Autant pour moi. Injustifié !