9 juin 2008

Tennis Envy

Quelques commentaires d'un spécialiste de la terre archi battue et du revers à demain après quinze jours de Roland Garros, le célèbre numéro un mondial réunionnais.

On s'en doutait un peu que la finale opposerait une fois encore Nadal à Federer, on s'en doutait un peu que Nadal allait gagner encore une fois. On aurait pu s'épargner quinze jours de baballes sous la pluie, mon petit Rafael passez donc à l'accueil du stade lundi, signez là, et vous repartez avec votre trophée, à l'année prochaine, bien le bonjour chez vous. Bilan carbone : 0, pour peu qu'il vienne Porte d'Auteuil en Vélib'. Sauvons la planète.

Et pendant qu'on y est avec Nadal : mais comment un type peut-il se présenter sur un court devant des milliers de spectateurs et des millions de téléspectateurs, certains d'entre eux membres de sa famille, à n'en pas douter, dans des tenues aussi ridicules ? C'est qui son styliste ? Frank Dubosc ? Personne lui dit qu'il y en a même qui rient derrière lui ?

Ibère chic sponsorisé par Pantashop.

Et Federer, pourquoi tout le monde l'appelle Rodjeur ? Il est suisse, nom d'un petit coucou ! Même suisse allemand, on pourrait pas l'appeler Rogé, normal, comme dans "Roger, remets-moi donc un muscadet" ? Ça doit être le syndrome Maïkeul Choumacheur.

Si j'aurais su, j'aurais pas venu.

Quant aux parties féminines, alors là, bonjour le spectacle. Si un téléspectateur arrive au bout du premier jeu sans tomber en catalepsie, qu'il écrive à la rédaction, on lui offre son poids en café serbe. Et vas-y que j'ahane du fond du court, et vas-y que moi aussi j'ahane du fond du court, ben tiens moi aussi je peux encore ahaner du fond du court si je veux, ouais ben qu'est-ce que tu crois ma vieille ? j'ahane encore du fond du court... Rrrrron... Zzzzz... Une page de pub, et on se réveille en sursaut au milieu d'un rêve mouillé, persuadé d'être sur Canal le premier samedi du mois. Avec ça les filles sont payées aussi cher que les mecs, pour rester moitié moins de temps sur le court. C'est vrai que ramené à l'ahanement, c'est pas cher payé.

Enfin quelques perles parmi les commentaires :
• "C'est un tout autre match, cette année". Ah bon, c'est pas une rediffusion, alors ?
• "On assiste à un vrai combat". Comment ?! Il y en a pas un qui laisserait bien gagner l'autre ?
• "Il joue tous les points comme une balle de match". C'est vrai qu'il pourrait s'efforcer d'en perdre, de temps en temps.
• "J'ai l'impression qu'il y a un joueur qui tape quand même plus fort que l'autre". Oh ben attends, ça doit être celui qui prend les petites pilules, là, comment ça s'appelle déjà ?
• "Il se passe quelque chose sur le central". Ben... un match de tennis, non ?
• "Il se donne à 200%". Vous êtes sûr ? Pas plutôt 400% ? 500% ? 972% ? Bon j'arrête là, on va bientôt dépasser le chiffre de l'inflation du Zimbabwe.

Oh la la, Nelson ! Ta moumoute !

2 commentaires:

Li-An a dit…

Celui que je déteste, c'est "il se comporte comme un vrai guerrier". Il vaut pas non plus un M16 à la place de sa raquette ?

vivie69 a dit…

ha , une de mes rubriques préférées!


je crains d'être parfaitement d'accord en tous points et vice versa et revers de coups droits foudroyants.


ton interprétation du ahanement est exactement celle que je proposais à coussinou hier au soir..( je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre,là..

sachant que coussinou ne fait pas du tennis , mais bien du vélo?)


C'est parce qu'on ne doit pas être sportifs , sans doute.Enfin , surtout moi.



moi , la coupe Devis(?) , j'appelle ça la "coupe des boulons" depuis fort longtemps..

Et je ne trouve rien de plus déprimant que ce spectacle télévisuel , très monotone et hyper "starisé" et mondain lorsqu'on ne pratique pas.


je ne m'étendrai pas sur les genoux des dames et les tenues des messieurs , n'étant pas fan du look "sportif" Dubosc , non plus.