12 juin 2008

Effroyables jardins

Phénomènes de M. Night Shyamalan.

Fable fantastique écolo. Un mal mystérieux, parti des parcs des grandes villes, se répand sur la côte nord-est des Etats-Unis, poussant tous ceux qu'il touche à se suicider illico.

Shyamalan, qui est aussi son propre scénariste, s'est spécialisé dans les films à idée-force, construits en entonnoir vers la résolution finale d'un mystère. Des fois ça marche (Le sixième sens), des fois pas (Incassable). Ici, il a perfectionné le modèle en le simplifiant, avec cette série B efficace et plaisante, dans la lignée des classiques de années 50 ou 60. Le mystère nous tient en haleine, les personnages ont juste l'épaisseur souhaitée pour faire vivre le sujet. Pas de gore, peu de pathos.

L'une des qualités du film, c'est de n'apporter qu'une explication finale assez floue, laissant la porte ouverte à différents degrés d'interprétation. Une autre est de faire partager le désarroi des personnages devant l'incapacité à pouvoir désigner, identifier le mal qui les atteint. Une fois la crise passée, cette incapacité demeure, qui renvoie l'espèce humaine à sa place de simple rouage dans le grand ordonnancement de l'univers, place d'où, nous suggère-t-on sans doute, elle n'aurait jamais dû prétendre sortir.

Crash-test :

3 commentaires:

Li-An a dit…

Que voilà un billet bien sérieux. Moi je trouve qu'il est surestimé comme réalisateur mais je n'ai pas vu grand chose de lui...

Hobopok a dit…

C'est un peu le défaut du film : on y chercherait en vain une pointe d'humour. Je crois que Shyamalan se prend grave au sérieux. Peut-être charge-t-il le personnage joué par Mark Wahlberg de faire son autocritique sur ce point, mais je ne suis pas sûr...

vivie69 a dit…

Quasi métaphysique , donc.

pourquoi pas ?

Trop de dérision ne tue t 'il pas parfois la dérision?

Il 'est vrai que les blogs en sont souvent les hauts lieux , une sorte de politiquement correct du blog.
comme si ' faire sérieux' , c'était se prendre au "sérieux" et devenir sentencieux.


la preuve que non.

le fait que le "sérieux" de ton billet colle au sujet me semble plutôt de bon aloi, ma foi.