14 mars 2008

Lève-toi et marche

Lazare Ponticelli, ultime poilu survivant de la Grande guerre, a passé l'arme à gauche mercredi dernier, à l'âge canonique de 110 ans. Paix à son âme. Encore que.

Lorsque, au dernier décompte, on s'aperçut qu'il ne restait plus que six anciens combattants survivants de la boucherie de 14-18, Chirac, facétieux, eut cette idée formidable d'un grand concours morbide : funérailles nationales pour le dernier ! Les six firent savoir avec une belle unanimité que ça leur faisait une belle jambe, et qu'on leur fiche un peu la paix, si l'on ose dire, ils l'avaient bien mérité, nom d'une petite croix de bois.

Et là, comme par miracle, dans les dernières semaines, sentant sa fin proche, notre Lazare aurait tourné casaque et accepté l'hommage de la Nation. Tu parles ! je crois plutôt qu'en haut lieu, on a su trouver les mots justes pour convaincre la famille, vu que pépé de toute façon, il répondait déjà plus, et qu'il y avait plus qu'à débrancher le tuyau.

Ça me touche d'autant plus que comme beaucoup de Français, j'avais un grand-père qui avait lui aussi participé à la fête, et qui a claudiqué tout sa vie, après que des éclats d'obus lui aient laissé de jolis trous dans la jambe. Ceci dit au lieu de devenir anti-militariste comme tout le monde en pareil cas, il dissimulait mal son admiration pour Pétain.

Mais tout de même. Je t'en ficherai, moi, des funérailles nationales. Relisons plutôt Tardi. "C'était la guerre des tranchées".


Pour en finir, l'article que le Monde, publication gothique concurrente, consacre à Lazare Ponticelli, rapporte avec des sanglots et de belles formules toutes faites qu'en se racontant, le poilu avait choisi de "dire l'indicible". Ben... s'il l'a dit, c'est que c'était dicible, finalement, non ?

10 commentaires:

Doudou a dit…

Non, vraiment encore mille félicitations pour tes chroniques webistiques, malheureusement parfois bien cyniques et pessimistes. On aimerait trouver plus de gaîté et pouvoir aller acheter son bifteck sans que sa contemplation nous renvoit ensuite à l'idée notre propre mort, même si avec un peu de pot et une bonne guerre on aura droit à la Madeleine.

Je n'ai presque que des compliments à t'adresser une fois de plus. Je dis presque car :

1- pas un mot sur l'anniversaire de la mort tragique de Claude François, qui a pourtant tant fait pour la sécurité domestique ces trente dernières années;

2- cette malheureuse faute de frappe qui rajeunit ce brave Lazare de 9 ans

Tâche de ne pas oublier de commenter la prétendue mort d'Elvis en août.

vivie69 a dit…

Excellent article.
Au moins en passant chez toi, on a un peu de consolation, même grinçante.
Ce qui est bien chez toi , c'est que c'est moins politiquement correct que" les publications gothiques concurrentes"..

Et puis , un peu de sentiment , voir de ressentiment avoué, je trouve ça plutôt vivant et humain .

Enfin!

Plutôt d'accord sur la manière d'instrumentaliser l'histoire , très tendance depuis quelques temps, dans notre très libérale et médiatique démocratie.
Après la shoah , Guy Moquet et re shoah , voilà un nouvel épisode , sensé" rendre aux petites têtes blondes" le sens de la nation et du sacrifice ( dixit Notre cher ministre de l'éducation dans le B.O. sur G Moquet". )

Je vois une fois encore le goût exquis de notre exécutif , qui après avoir proposé à chaque CM2 de porter autour du cou le nom d'un petit juif mort en déportation, lance le concours" des funérailles nationales pour le dernier poilu"..

la mort rôde donc dans la créativité médiatique gouvernementale.
ça sent un peu la naphtaline, la modernité de la France post 1968.

A quand la commémoration de la mort de Bernadette Soubirou ou de Marat, qui, parait il, chantaient moins bien que Claude François?
...Mais tout de même?

Sinon, je te suis grée de signaler que, comme ton grand père, certains ont pu choisir Pétain pour autre chose que l'antisémitisme, tout au moins au début de la guerre, sans être des ordures.

Pour vivre au contact d'ados , années après années, je peux dire que ces manifestations ne développent pas particulièrement leur sentiment national et/ou patriotique.
ça aurait même un peu l'effet inverse.

Hobopok a dit…

Ah oui tiens, en plus, 111. Allez hop.

Et puis aussi "les petites têtes blondes". Déjà l'expression était idiote quand la France se croyait peuplée de Celtes, ça excluait au moins les roux, mais là maintenant que les têtes sont assez largement frisées, crêpues, tendant vers le noir ébène, ça devient carrément grotesque.

Hobopok a dit…

Rhââââ, putain, 110 ! 110 !

Doudou a dit…

Ah oui, mais si tu as le droit de corriger après coup, mon commentaire devient ridicule, et le lecteur n'y compren plus rien. Comment je le change, moi, mon commentaire ?

Doudou a dit…

tiens par exemple, trop tard pour changer "compren" en "comprend"

"rhaaaaa ! putain ! "
(comme on dit communément sur le web)

vivie69 a dit…

Je vois qu'il n'y pas que certains membres de la fonction publique qui ne "travaillent" ouvertement pas le vendredi pm..

Sinon , les guillemets n'étaient pas pour "rien" à têtes blondes" .bien sûr.

L'extrait de Tardi que tu as choisis est dans de nombreux sujets de brevet sur ce thème . Amusant non ?
Un vrai classique.
Pour les fautes sur le blog , il ne faut trop se prendre la tête , sinon on écrit plus rien ...
Et puis à force de voir des fautes toute la journée , je ne sais plus ce qu''il faut écrire parfois et je renonce à me formaliser pour ce genre de choses ; Fais donc quelques fautes, au moins par solidarité.

vivie69 a dit…

choisiS..

qu'est ce que je disais..

Hobopok a dit…

Tain, chavais même pas que l'Education nationale avait découvert la bande dessinée. De là à la cautionner...

Doudou a dit…

Je ne suis pas opposé par principe à quelques fautes qui préservent la spontanéité de l'écrit, mais raccourcir la survie de lazare de 10 %, là je tique.

je vous laisse, j'ai du boulot