24 mars 2008

Rio-Tokyo en première classe

Elle s'appelle Lisa Ono, je suis tombé dessus par le plus grand des hasards lors de mes cyber-périgrinations, et je suis devenu immédiatement fan inconditionnel, ainsi que possiblement secrètement amoureux d'elle. Dans la grande lignée des susurreuses de bossa à la Astrud Gilberto.



Cette nana est née au Brésil de parents japonais, puis à 10 ans elle a suivi son père qui rentrait à Tokyo pour ouvrir un cabaret consacré à la samba et à la bossa nova. Du coup elle est parfaitement bilingue japonais/portugais, et se permet aussi des reprises en anglais, en espagnol, et même en français (notamment une délicieuse Salade de fruits). Bien qu'elle ait déjà pondu une tripotée d'albums, elle semble encore quasi inconnue en Europe. A en juger par son agenda sur son site officiel, elle partage ses apparitions publiques entre l'Asie et les Amériques, et je ne suis donc pas près de la voir en concert au Centre culturel Joseph Staline de la Courneuve.



C'est sûr que ça nous change de Mötörhead.

8 commentaires:

vivie69 a dit…

Bien sympathique présentation et découverte. ça te ressemble un peu, ma foi, cette nonchalance douce et tropicale.
ça explique bien des choses sur toi, , peut être. c'est sûr , on n'est pas dans le même monde que Tool... pourtant plus introduit en France que cette charmante dame.

Hobopok a dit…

En effet, la dame n'est pas très introduite, en France.

Mais tout de même j'ai vu une autre vidéo qu'elle semblait bien avoir tourné à Arcachon. Tu vas pas me dire qu'elle aurait pas pu faire un détour par le Bourget !

Appollo a dit…

Comme je vois que Motörhead te manque, je te promets une petite note de blog dessus, mon coco.

Hobopok a dit…

Quelle injustice ! Et Iron Maiden et Kiss, alors ?

Li-An a dit…

P'tain les vidéos sont HS !

Hobopok a dit…

Bouge pas que, Jean-Mimi, je m'en vais t'arranger ça.

Li-An a dit…

Ah on me l'a toujours dit, ces Japonais ce sont les plus forts pour copier ! (enfin, dans les années 70. Ensuite, ça a été les Coréens et maintenant les Chinois).
Mignon mais je ne suis pas sûr d'aller la voir en concert au Bourget...

Hobopok a dit…

Et en même temps, en ce qui concerne les vidéos, pour un concert hommage à Antonio Carlos Jobim, difficle de chanter le dernier Barbelivien.

Et cette nana née au brésil, est quand même de culture brésilienne au moins autant que japonaise. Je vois pas donc pas ce qu'elle copie ou ce qu'elle vole à qui, à moins de penser, par extension, que Rama yade copie la politique française.

Et puis on en reparlera quand les chœurs de l'Armée populaire de libération de Chine reprendront Aquarela do Brasil avec des plumes dans les fesses.